« La science est une culture » by Les Vulgaires

Les vulgaires

Encore un nouveau truc à la sauce On est révolutionnaire

Encore des malpolis qui d’un regard effacent l’existant

Illusion. Ils sont autres que cela.

Et si j’essayais de vous conduire à ce qu’ils sont ?

Installez-vous, j’ouvre le livre de route.

Continuer la lecture de « La science est une culture » by Les Vulgaires

Lille is science, un label de plus ?

 

Voilà plusieurs mois que l’équipe lilloise de Pint of Science se démène pour implanter ce festival dans la capitale des Flandres. Et moi, et moi qui n’avais qu’une peur : que vous ne croyez pas en cette venue… Je commence à croire que penser la culture scientifique comme une culture comme les autres, ce n’est pas juste un espoir. Et mieux encore, je pense qu’il est possible de faire quelque chose ensemble pour propulser la science locale.  Les acteurs de la recherche, les chercheurs sont là, éparpillés dans la région Nord – Pas de Calais Picardie. Il suffirait de tirer des cordes entre ses points. Pas si simple bien sur. A moins d’importer le concept echosciences ?  L’idée de la map agenda est attirante, du « réseau social des amateurs de sciences et technologies » peut être un bon point.

lille is science.jpg
Ce visuel est (très) moche, je ne suis qu’une bidouilleuse d’Indesign.

Ce qui pourrait être davantage orgasmique ? Avoir un label de la science locale. Une sorte de #LilleIsScience qui permettrait d’unifier l’action, et surtout de pouvoir l’identifier rapidement. Mon rêve ? Que les événements scientifiques deviennent aussi populaires que ceux de Lille 3000. Forcément, il faudra passer par de la popscience, véritable arme moderne pour convaincre que la science peut être inclut dans nos vies comme une série télévisée. A ce jour, le type d’icone de la popscience pourrait s’appeler Manon Bril.  Là, si vous la connaissez vous grimacez : « une fana de l’histoire mythologique en icone de la popscience? ».  En dehors que ce soit une femme, (oui je pense qu’on ne réussit pas que parce qu’on est un homme ou une femme mais parce qu’on a du talent et quelques petites autres choses…) elle propulse une discipline boudée des sciences habituelles. Le tout avec des vidéos propres et délicatement scénarisées.

Si vous l’avez compris, l’atout majeur du partage de la science ce sont ceux qui la font : les chercheurs. Dépoussiérer l’image de la blouse blanche est nécessaire. Toutefois une autre quête est plus primordiale à mon sens : aider les chercheurs qui veulent partager leurs recherches, leurs connaissances à le faire. Parce qu’au final nous pouvons nous démener autant de fois que nous le voulons, ils sont les mieux placés à parler de science. C’est à cela que servirait le label : à valoriser, à soutenir les chercheurs qui pensent (la diffusion de) la culture scientifique comme importante dans l’intérêt commun. Ce label serait un indicatif pour le grand public : « ah un chercheur s’investit » et une aide pour le chercheur en question qui pourrait avoir accès à des coachings, des aides etc.

La région imaginera t-elle un jour aboutir à ce genre d’initiative ? Bonne question. Quoi qu’il en soit, en tant que coordinatrice de Pint of Science à Lille, je vous promet que je ferais mon possible pour mettre les chercheurs et la science de la région en avant !

PS >> Pour ceux intéressez par Pint of Science, sachez qu’il y a une soirée de lancement le 22/04 dédiée à la science de la bière. Les places s’envolent vite, inscrivez-vous !

 

PoSLilleAfficheZythologie.jpg

 

Un chercheur itinèrant vers les bancs de l’école

Lundi 12 octobre, j’ai assisté à l’intervention de Stéphane Huot*, aka @dastuf, au près d’étudiants du lycée lillois Baggio  au sujet de l’interaction Homme – machine. Il n’y est pas allé par hasard mais à l’occasion de l’initiative « Chercheurs itinérants » du centre de recherche Inria Lille dans le cadre de la Fête de la Science.

Dévoiler le monde de la recherche est vraiment important. Mais que faire lorsqu’il est difficile pour un établissement de déplacer ses étudiants sur place ? Retourner la situation, ouvrir les portes des collèges et lycées aux scientifiques en vue de partager le goût de la science à travers des travaux de recherches concrets certes, mais surtout amorcer une rencontre avec le scientifique est une solution qui peut parfois effrayer. Un contre-pied donc qui fait le pari que montrer un scientifique ailleurs, c’est ne pas le déposséder de sa crédibilité, c’est même prouver son caractère humain, au sens que le scientifique n’est pas qu’une blouse et des cheveux en batailles, mais un homme ou une femme avec une thématique de recherche (et pas que, bien sur).

Face à cette version de la Fête de la Science, deux pensées m’inondent. La première sur le vif et enfantine : Mais pourquoi n’ai-je pas eu cela dans mon cursus secondaire ? La seconde, plus posée : l’intervention est nécessairement relative à l’intervenant lui-même. Evidemment c’est une remarque très générale, mais pour captiver un tel public avec un tel domaine c’est plus qu’important. Alors quels ont été les outils de Stéphane Huot ? Un cocktail de bonnes choses : de l’humour, de l’humain, de l’explication, de la technique.

L’humour. Avec une photo de profil à la rockeur, des vidéos drôles ayant pour but de démontrer des concepts très simples, des illustrations de vie personnalisées.

L’humain. Stéphane Huot maitrisait sa présentation et donc s’adressait directement au public, sans notes intermédiaires. Un point demandant une préparation importante certes, mais le résultat n’est que nécessaire en vue d’humaniser une intervention. Impliquer, concerner, interroger, rendre le public actif, se montrer tel quel… autant de petites choses qui cassent les barrières du cours, de la conférence et déploient l’univers de la découverte passionnante.

L’explication. Avec des exemples ciblés, n’appartenant pas forcément au domaine de l’informatique, il est parvenu à expliquer des notions pas nécessairement évidentes pour des non spécialistes.

La technique. Vulgariser un savoir ce n’est en rien le simplifier, c’est simplement le rendre compréhensible en usant du vocabulaire du public. Glisser quelques mots nouveaux, c’est tenter de l’enrichir. Pas n’importe comment non, mais avec un combo virtuel d’explication, d’humain et d’humour pour créer une atmosphère propice. Et là, des formules, des termes complexes deviennent fluides entre vos neurones.

Alors, les chercheurs ont-ils leur place au sein d’établissements scolaires lors de tels événements ? Double oui. Même s’il faut emmener les étudiants sur place, les interventions extérieures sont toujours marquantes quel que soit le niveau scolaire. Je suis persuadée que vous avez un exemple en tête !

>> Merci à Stéphane Huot d’avoir accepté mon intrusion lors de sa présentation.

*directeur de recherche Inria Lille, équipe Mjolnir

Pint of Science Lille, mon nouveau challenge

Lorsque j’ai proposé d’implanter le festival international de science Pint of Science à Lille, je n’ai absolument pas réfléchi. Et pour cause, j’avais déjà passé de nombreuses heures à cogiter.

Pint-of-Science-Logo-with-Glasses
Faites mousser la science ! © Pint of Science France

« Lille, officiellement capitale provisoire de la région, est riche de ses lieux et acteurs liés à la science. Combien de laboratoires, de centres, d’instituts de recherche ? Beaucoup. De passionnés ou curieux de science ? Beaucoup. Combien de lieux où le grand public peut approcher et dialoguer avec des scientifiques ? Trop peu.  Que faire pour contourner cela ? Comment démystifier la science ? Comment montrer aux gens que la science n’est pas si compliquée si quelqu’un vous explique et que, aux dernières nouvelles, ce n’est toujours pas criminel d’expliquer ? »

Evidemment, initier Pint of Science Lille est un véritable défi. Un challenge fou. Pint of Science est un concept qui fonctionne très bien en France et ailleurs mais prendra-t-il à Lille ? Les scientifiques, le public ou même les potentiels partenaires et sponsors, répondront-ils à notre appel ? Il est trop tôt pour répondre à ces questions. Mais j’y crois, quoi qu’il arrive, j’y crois. Et j’essaie de tout mettre en œuvre pour que cela ne soit pas qu’une croyance, mais une réalité. En effet, peu à peu, je constitue un réseau, je m’entoure de personnes merveilleuses et je me remémore l’aventure folle lancée avec ma chère Taïna Cluzeau. Finalement la seule chose qui m’effraye, c’est que vous ayez trop peur de la science pour croire en nous, pour croire que vos questions peuvent avoir des réponses, que votre curiosité peut s’émerveiller lors d’un tel événement. Renverser cette image est plus qu’une motivation, c’est un moteur assez puissant pour faire dévaler une Formule 1 ou éclairer quelques champs de connaissances inaccessibles. Alors, vous êtes partant pour croire à l’association Lille + partage de culture scientifique ?

Si vous l’êtes, vous pouvez bien sur suivre l’événement sur les réseaux sociaux. Mais vous pouvez aussi et surtout nous aider dès à présent : l’équipe Pint of Science Lille se veut au plus proche de sa ville d’accueil, de son public. Voilà pourquoi nous vous proposons de nous faire part de vos thématiques scientifiques préférées à travers deux petites questions :

Mille mercis à vous, n’hésitez pas à nous contacter (pintofsciencelille@gmail.com) si vous avez des questions, si vous voulez nous aider…

Théorie de la saucisse, curiosités & culture de science

Au détour d’un One science man show, Fabrice Riblet du Jardin expérimental a attiré ma curiosité. Cet homme débordant d’idées et d’enthousiasme façonne autour de lui un monde inédit de vulgarisation. Chacune de ses expériences se fonde sur un phénomène du quotidien en vue de doucement vous amener à penser que « c’est incroyable de pouvoir comprendre » !

One science man show avec Fabrice Riblet, Cité des Sciences, mars 2014 © NJoly
One science man show avec Fabrice Riblet, Cité des Sciences, Paris, mars 2014 © NJoly

 « Vous saviez qu’une patate, ça déforme l’univers ? », lance un homme cheveux en bataille, en blouse blanche. L’univers, ce drap noir tendu par des visiteurs de la Cité des sciences et de l’industrie à Paris, prend la forme d’une cuvette lorsqu’une pomme de terre est jetée à sa surface. « Tout à l’heure, le drap était tendu, l’univers était plan, la bille se déplaçait en ligne droite. Et là, à cause de la patate, les choses changent. Si la bille se déplace assez vite sur l’univers, elle échappera à l’influence de la patate. Mais si je la lance tout doucement dessus, elle sera attirée vers la déformation patatoïde. » Après quelques nouvelles explications, les assistants d’un jour rangent le drap. « Vous avez vu, à l’origine le drap était bien plié, là il est tout en désordre. L’univers aime le désordre. » Alors que le médiateur s’empare de collants pour créer un trou noir, je ne peux que relever sa maîtrise de la vulgarisation. Je suis curieuse de connaître sa vision des choses sur le sujet. Mais pas maintenant, non, là, trop de monde admire des éruptions solaires dans un bécher.

Quelques jours plus tard, le monsieur aux expériences magiques et fascinantes acquiert une identité précise. Il s’appelle Fabrice Riblet. Il est cofondateur avec son épouse Édith Muller, du Jardin expérimental, sous-titré culture des sciences. Le jeu de mots entre jardin et culture m’amuse. Comme pour les plantes, il faut du temps pour qu’une idée prenne place et s’épanouisse auprès des spectateurs. Depuis 2008, le Jardin est sans filet. Les époux gèrent seuls leurs activités et s’adaptent aux demandes. « Imaginez qu’on décide de planter des petits pois. Et puis un jour quelqu’un nous demande des ananas. Sauf que ça ne pousse pas ici. Alors on instaure un système avec des serres pour les ananas. Et les petits pois, on en fait quoi? On les garde dans un tiroir en attendant », image Fabrice Riblet. Au total, le Jardin cumule 60 projets et autres prestations animées par la transmission d’un savoir.

« La curiosité, l’interrogation infantile », voilà les moteurs du professionnel de la médiation scientifique. « Beaucoup de personnes schématisent ou vivent avec des aberrations. C’est une évidence, les gens ne voient plus les choses. Comme le fait de dire que les flamants roses sont roses parce qu’ils mangent des crevettes… grises. Oui bien sûr c’est dû aux crevettes, mais qui sait qu’une transformation des crevettes dans leur estomac, un peu comme ce qui se passe lors de la cuisson des crevettes, en est la cause ? Il manque souvent le mot juste dans les explications…»

Je ne suis pas un flamant gris. #Confession  © NJoly
Je ne suis pas un flamant gris. #Confession © NJoly

Et pourtant, aucune censure n’existe. Le monde aujourd’hui ne manque pas d’informations. Au contraire, elles débarquent dans votre vie, comme ça, sans vraiment vous demander, par le biais de la télévision, d’affiches, de prêcheurs de bonne parole ou de pop-up sur votre écran. La médiation scientifique est différente. Selon Fabrice Riblet, elle se fonde sur la théorie de la saucisse. Là, les théoriciens s’affolent. Qu’est-ce que c’est que cette théorie ? C’est répondre à la question : pourquoi acheter de la saucisse à un salon gastronomique ? « Parce que lorsque vous venez de vous-même devant un stand, vous y êtes confronté. On vous met un bout de saucisse dans la bouche : la démarche est intrusive. Mais c’est là que vous vous rendez compte de la deuxième partie de la théorie : la saucisse est bonne », explique Fabrice Riblet. Et si, vous aimez, c’est parce qu’il s’agit d’un produit de bonne qualité… et simple. « Si vous dites que votre saucisse est agrémentée de piment d’Espelette, de soja avec un soupçon d’origan, ça ne marchera pas. Et puis en troisième partie, il faut quelqu’un pour raconter une histoire autour du sujet. La saucisse est produite avec la chair de mes cochons élevés avec amour, avec du bon foin que l’oncle a coupé l’été dernier. »

Et ça fait mouche. Le public est touché. Mais est-ce que tout le monde peut comprendre ? « Tous les hommes ont un domaine d’excellence, on a tous des compétences magnifiques et d’autres qu’il faut faire progresser. Moi, par exemple, je ne sais pas tailler une haie. Si je le fais, ça sera plutôt assimilable à de l’art qu’autre chose », rit Fabrice Riblet. « Pour que les gens comprennent absolument tout, il y a deux possibilités. Soit on les envoie sur les bancs de la fac pendant huit ans fois 40, c’est-à-dire trois siècles – on estime que pour tout connaître sur tout, il faudrait être expert dans 40 domaines différents. Soit on transforme le langage complexe en langage du quotidien ». Et par là, il veut dire utiliser des images pour illustrer des modèles scientifiques. « Attention, l’image ne doit pas être trop proche de la réalité, sinon il y a aura un amalgame entre les deux. Le public doit constater les limites de l’image. » Pour donner la notion d’atome, il dégaine une plaque de chocolat qu’il découpe en morceaux jusqu’à ne plus pouvoir. Il ne se préoccupe pas des histoires de protons, neutrons ou de Mendeleïev. « On doit mettre des limites dans ce que l’on va dire et bien définir le lexique qu’on utilise. »  Autrement dit, il faut s’assurer que le public s’arrête sur les mêmes définitions. « Si je parle de vide à des étudiants, ils peuvent penser au vide d’une bouteille, au vide lié au vertige ou d’autres concepts alors que je pense au vide cosmique ! Ce n’est pas criminel d’expliquer de quoi on parle. »

Contournement d’aberration à la mode d’Andy Wharol © NJoly
Contournement d’aberration à la mode d’Andy Wharol © NJoly

 Quoi qu’il en soit, « le Jardin expérimental ne fonctionne comme personne. Regarder ce que font les autres, c’est risquer d’être influencé. » Bien sûr, Fabrice Riblet glane au fil des rencontres de nouvelles graines à faire pousser dans son jardin. Avec un peu de « flotte, de savon et de chou rouge », il sort des chemins battus sans imposer un regard particulier. Le cultivateur de science semble heureux. Des questions foisonnent, des solutions fleurissent. Ce ne sont pas des tours de magie avec de grands sorts et pleins d’étincelles, non. Simplement un phénomène du quotidien qui se révèle à vous. Voilà le secret : fournir des faits et donner le pouvoir de comprendre, redonner confiance à l’humain qu’il peut faire de grandes choses et aimer la science sans même s’en rendre compte.

IMG_20150325_152637

Partez pas si vite ! Pour une promenade dans le Jardin expérimental, cliquez sur l’escargot.

La magie de la vulgarisation

Un constat simple : le public ne peut avoir accès à l’ensemble des articles scientifiques. Il ne peut tout comprendre.

Si je pense cela, c’est aussi et surtout parce que moi-même je me suis heurté à ce problème. Des articles que j’ai du relire pour comprendre, ou pas d’ailleurs. Alors que faire ? Admettre qu’on ne peut pas tout lire ? Voilà qu’un article parait dans un magazine pour enfants. « J’ai tout compris cette fois. » Et pourtant le contenu n’est pas si simple. Certes le texte est vulgarisé mais du vocabulaire scientifique persiste.

 

Là, une question simple : finalement c’est quoi la vulgarisation? La communauté Twitter m’apporte ses avis.

Entre certitudes et flous, cette discussion me dirige vers une conclusion : si tout le monde comprend le concept de vulgarisation, tout le monde ne la définit pas de la même manière. Pourquoi ? Le principal facteur semble être la profession de chacun. Chercheurs, médiateurs, professeurs, journalistes, tous sont influencés par leur travail et leur quotidien. La partie la plus intéressante de cette discussion fut finalement lorsqu’elle dévia du monde connecté. En effet, des proches, assimilables au grand public, me parlèrent de vulgarisation.

Et c’est là que j’ai compris.

Ne posons pas de lapin au monde © NJoly
Ne posons pas de lapin au monde © NJoly

Si certains perçoivent la vulgarisation comme un émerveillement ou un moyen de susciter l’envie de découvrir la science, c’est quelque part parce que la vulgarisation est un peu comme les ficelles d’un tour de magie. Le magicien connaît les tours, certains les devinent. L’important n’est pas de révéler ce qu’il se passe en amont, c’est le résultat final.

Si la définition de la vulgarisation n’est pas si évidente pour tous, c’est parce que tous n’exécutent pas ces tours de magie et que ceux qui le font, ne le font pas avec les mêmes ficelles. Seul un esprit de transmission d’une information compréhensible persiste à chaque tour.

Quant à la médiation, je dirais, si on reprend l’image du magicien, qu’elle est la représentation en elle-même d’un tour de magie. Ce que j’aime dans cette image c’est que le public peut participer à un tour de magie, il peut être impliqué comme dans une médiation.

Suite à cette réflexion, j’aimerais partager de nouvelles choses sur ce blog. Ou du moins proposer un regard différent, ne pas tomber dans le sensationnel, ne pas tomber dans l’information classique. L’idée initiale était d’introduire la vulgarisation dans une présentation dynamique, avec Prezi. Mais que présenter ? Et est-ce vraiment nécessaire de poser les ficelles des tours de magie dans une animation ? Je ne suis pas convaincue. Je cherche encore et toujours une réponse à « doit-on vraiment parler de la vulgarisation en elle-même? »

Quoi qu’il en soit il faut continuer à vulgariser, à partager la recherche ainsi que la science au public, quelque soit son niveau. 

Le Journalisme Scientifique s’apprend

Ce post n’est en rien un jugement, une leçon de morale et encore moins un mode d’emploi. Le journalisme scientifique est vaste. Il n’a nul besoin de moi pour faire sa route. Toutefois, aujourd’hui je décide de bouleverser les codes et d’apporter un avis à l’ensemble.

Continuer la lecture de Le Journalisme Scientifique s’apprend