Pourquoi « la culture scientifique est une culture » n’est plus ma phrase préférée

Pourquoi « la culture scientifique est une culture » n’est plus ma phrase préférée ? Réponse en live :

Publicités

[Mars 19] Événements science à Lille

Ci-dessous quelques événements scientifiques en métropole lilloise pré-sélectionnés juste pour vous. Vous souhaitez m’en partager un? Faites-le sur @NadegeJoly!


05-07/03/2019 | 19h00 | Univ de Lille 

Les monologues du vagin de Eve Ensler

Après avoir recueilli la parole de plus de 200 femmes à travers le monde, Eve Ensler crée, en 1996, un spectacle sur l’intime féminin mettant à jour la dimension politique et culturelle de la sexualité féminine. Plus de 20 ans après sa création, et après avoir rencontré le succès dans plus de 140 pays, ce spectacle n’a rien perdu de son actualité.

En savoir plus > https://culture.univ-lille.fr/agenda/spectacles/news/les-monologues-du-vagin-de-eve-ensler-j3


13/03/2019 | 18h30 à 20h30 | Espace Culture, Univ de Lille 

Conférence : À la découverte des ondes sonores

L’image contient peut-être : nuit

Avec Jérôme Vasseur, professeur des universités à l’École Supérieure du Professorat et de l’Éducation – Lille-Nord de France et chercheur en acoustique à l’IEMN.

Modérateur : Jean-Philippe Cassar, directeur de la Maison pour la science, Université de Lille.

Les ondes sonores (ou ondes acoustiques de façon plus générale) font partie de notre quotidien : la parole, le bruit ambiant dont on cherche bien souvent à se protéger, la musique qu’on aime écouter, … pour citer quelques exemples d’ondes de fréquences audibles. À beaucoup plus hautes fréquences, elles peuvent aussi être utilisées pour le contrôle non-destructif des matériaux et des structures mais aussi pour le diagnostic médical (imagerie) et la thérapie (lithotritie).

Après avoir défini ce que sont ces ondes et rappelé quelques-unes de leurs propriétés (période, longueur d’onde, amplitude, modes de propagation…), les moyens possibles de les générer et de les détecter seront présentés. Il sera ensuite montré qu’il est possible de manipuler les ondes acoustiques en utilisant des matériaux composites, appelés méta-matériaux, présentant une structure et une géométrie particulières. L’utilisation de ces méta-matériaux acoustiques pour réaliser des isolants phoniques efficaces et des dispositifs d’imagerie médicale et de thérapie plus performants sera alors discutée.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

En savoir plus > https://www.facebook.com/events/387687348463798/


16/03/19 | 20h30 à 22h30 | Forum des Sciences, Villeneuve d’Ascq
18/03/19 | 20h30 à 22h30 | l’Antre 2, Lille 

Cabaret des Sciences

Cabaret2019-1200x627px-72dpi

Le Cabaret des Sciences est un spectacle qui propulse des chercheurs sur scène.

L’idée : expérimenter de nouveaux formats de médiation scientifique plus proches des autres formats culturels auxquels le public est habitué. Le but est de contourner l’autocensure dont une partie du public peut faire preuve lorsqu’il s’agit de science et de susciter la curiosité. Il ne s’agit pas uniquement d’apprendre mais de proposer une véritable expérience culturelle, où la forme, inhabituelle pour un événement scientifique, permet de mettre en valeur le fond.

Dans ce format, les scientifiques parlent directement au public, sans intermédiaire. Ils choisissent eux-mêmes leurs sujets de stand-up. Ils vont à l’encontre des idées reçues, changent l’image du chercheur et de la science : elle est exigeante et difficile mais passionnante. Ceux qui la font ne sont pas plus intelligents mais ils sont surtout curieux et persévérants. Les chercheurs/comédiens utilisent l’autocritique et l’autodérision pour dédramatiser le propos.

En savoir plus > http://lesvulgaires.org/cabaret.html

J’aimerais que chacun sache.

 

Le 11 novembre dernier, j’assistais à la conférence « Connaissance et croyance » de Claudine Tiercelin dans le cadre de CitéPhilo aux Palais des Beaux Arts de Lille.

L’échange m’a clairement passionné. On y retrouvait la définition de la connaissance et celle de la croyance. Tout cela parsemé de doutes. Est-ce que je sais ou je crois? Sur quoi porte la croyance? Qu’est-ce que la vérité?

Une remarque en fin de session fit que Claudine Tiercelin rattacha son discours à l’actualité des actions terroristes. Que croient ces personnes? Et que croient celles qui en sont victimes, pourquoi se rattachent-elles à des croyances, pourquoi cherchent-elles à former des communautés? Claudine Tiercelin a surtout évoqué qu’il est difficile d’aller au-delà d’une croyance, qu’on ne peut détourner quelqu’un qui croit en une chose, qu’il faut un choc de la réalité, une expérience rebelle pour sortir d’un état de croyance.  Et que, même si nos croyances nous rassurent, il serait préférable que chacun d’entre nous revienne aux bases même des choses, aux éléments qui constituent des choses indiscutables ou presque.  A quoi pensez-vous si l’on vous demande de donner des faits indiscutables? Pour ma part, je pense à la science. Certes, les théories ne sont vraies tant qu’elles ne sont pas fausses, mais si on y réfléchit: nous pouvons nous rattacher à nos connaissances.

Pourquoi partager cela presque un mois plus tard? Parce que cette pensée fait écho dans ma tête depuis, et encore plus ce soir : Alors que j’observe de nombreuses forces nourrir la diffusion des connaissances (artistiques, scientifiques, industrielles etc.), des incivilités, des actes contre les autres et leurs actions me mettent en rogne.

Lorsqu’une poignée de personnes déploie des biens pour tous, le monde ne joue pas le jeu à fond. Alors que faire? Diffuser de la culture (scientifique) à des gens qui n’en ont rien à faire et qui continueront à voler des vélos, des voitures, des téléphones, détériorer les biens communs? Se battre coûte que coûte pour ceux qui sont sensibilisés à cela?

Je crois que je ne sais plus.

Ce que je sais, c’est que mes insomnies reprennent. Et que donc, je vais reprendre le fil pour ne pas le perdre. Que Claudine Tiercelin a raison que je vais m’accrocher à une connaissance en accord avec le réel, faire déserter les croyances néfastes et  influences allant contre l’humain, soutenir la cohérence jusqu’au bout. La route est encore longue et surement interminable, mais qu’importe nous y parviendrons.

GREAT >>>> La conférence est dispo sur Youtube > https://www.youtube.com/watch?v=9TSYMEwf1CQ

 

 

 

 

 

 

 

 

Show must go on | Cabaret des Sciences 2017

Dans de deux semaines.

Le show reprendra.

De quoi? Du Cabaret des Sciences. Vous savez cette aventure fabuleuse que je mène avec Jérémy & Florence sous le chapeau des Vulgaires.

Affiche_cabaret2018_type2_A3_blanc

Dès le début de l’été dernier, des chercheurs, étudiants et même citoyens ont réfléchi à comment construire un sketch à partir d’une idée, d’une théorie qui les intéresse. L’association Tartuffe & Pythagore, la seule, l’unique en région mêlant science et théâtre, a suivi et coaché ces fous de diffusion scientifique.

Résultat, neuf personnes sont en ce moment même en train de prendre garde à bien placer leur voix, leurs pieds, leur texte. Tout ça, pour que vendredi 13 octobre à 20h, vous assistiez à un spectacle délicieux. Et ce, sans vraiment vous rendre compte qu’on parle de science, que la science n’est pas forcément là où on la pense, qu’il n’y a pas que la biologie, la physique ou les maths qui se cachent derrière le mot science. Enfin je ne vais pas vous spoiler :)

Et vous savez quoi? J’ai la chair de poule. Tellement je suis fière de ce projet, de pouvoir vous offrir l’occasion de plonger dans l’inconnu, de monter sur scène et de parvenir à ajouter des bouts de science enrobés de sourires, de costumes et de regards complices.

Bien sur, l’idée d’une tournée du Cabaret trotte dans les têtes. Peut-être qu’un jour prochain nous aurons les forces nécessaires pour faire virevolter ce spectacle dans d’autres contrées. Mais d’ici là, c’est un réel plaisir de voir cette seconde édition se dérouler à Fives dans une salle merveilleuse. Que d’excitation face à vos réservations : 75 personnes nous font déjà confiance ou du moins sont assez curieux pour venir voir notre folie s’accomplir sur les planches.

Vous n’avez pas réserver votre place? N’hésitez pas à nous interpeller avec le mot clé #CabaretDesSciences lorsque vous l’aurez fait, ça rajoutera quelques paillettes dans nos yeux voire quelques papillons au ventre le jour J face à une salle comble.

 

Juste pour vous, quelques liens pratiques :

L’event FB du Cabaret des Sciences > https://www.facebook.com/events/1958699497710719/

Infos Cabaret des Sciences & Résas (gratos) > lesvulgaires.org

Le Twitter des Vulgaires > @Les_Vulgaires

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« La science est une culture » by Les Vulgaires

Les vulgaires

Encore un nouveau truc à la sauce On est révolutionnaire

Encore des malpolis qui d’un regard effacent l’existant

Illusion. Ils sont autres que cela.

Et si j’essayais de vous conduire à ce qu’ils sont ?

Installez-vous, j’ouvre le livre de route.

Continuer la lecture de « La science est une culture » by Les Vulgaires

Lille is science, un label de plus ?

 

Voilà plusieurs mois que l’équipe lilloise de Pint of Science se démène pour implanter ce festival dans la capitale des Flandres. Et moi, et moi qui n’avais qu’une peur : que vous ne croyez pas en cette venue… Je commence à croire que penser la culture scientifique comme une culture comme les autres, ce n’est pas juste un espoir. Et mieux encore, je pense qu’il est possible de faire quelque chose ensemble pour propulser la science locale.  Les acteurs de la recherche, les chercheurs sont là, éparpillés dans la région Nord – Pas de Calais Picardie. Il suffirait de tirer des cordes entre ses points. Pas si simple bien sur. A moins d’importer le concept echosciences ?  L’idée de la map agenda est attirante, du « réseau social des amateurs de sciences et technologies » peut être un bon point.

lille is science.jpg
Ce visuel est (très) moche, je ne suis qu’une bidouilleuse d’Indesign.

Ce qui pourrait être davantage orgasmique ? Avoir un label de la science locale. Une sorte de #LilleIsScience qui permettrait d’unifier l’action, et surtout de pouvoir l’identifier rapidement. Mon rêve ? Que les événements scientifiques deviennent aussi populaires que ceux de Lille 3000. Forcément, il faudra passer par de la popscience, véritable arme moderne pour convaincre que la science peut être inclut dans nos vies comme une série télévisée. A ce jour, le type d’icone de la popscience pourrait s’appeler Manon Bril.  Là, si vous la connaissez vous grimacez : « une fana de l’histoire mythologique en icone de la popscience? ».  En dehors que ce soit une femme, (oui je pense qu’on ne réussit pas que parce qu’on est un homme ou une femme mais parce qu’on a du talent et quelques petites autres choses…) elle propulse une discipline boudée des sciences habituelles. Le tout avec des vidéos propres et délicatement scénarisées.

Si vous l’avez compris, l’atout majeur du partage de la science ce sont ceux qui la font : les chercheurs. Dépoussiérer l’image de la blouse blanche est nécessaire. Toutefois une autre quête est plus primordiale à mon sens : aider les chercheurs qui veulent partager leurs recherches, leurs connaissances à le faire. Parce qu’au final nous pouvons nous démener autant de fois que nous le voulons, ils sont les mieux placés à parler de science. C’est à cela que servirait le label : à valoriser, à soutenir les chercheurs qui pensent (la diffusion de) la culture scientifique comme importante dans l’intérêt commun. Ce label serait un indicatif pour le grand public : « ah un chercheur s’investit » et une aide pour le chercheur en question qui pourrait avoir accès à des coachings, des aides etc.

La région imaginera t-elle un jour aboutir à ce genre d’initiative ? Bonne question. Quoi qu’il en soit, en tant que coordinatrice de Pint of Science à Lille, je vous promet que je ferais mon possible pour mettre les chercheurs et la science de la région en avant !

PS >> Pour ceux intéressez par Pint of Science, sachez qu’il y a une soirée de lancement le 22/04 dédiée à la science de la bière. Les places s’envolent vite, inscrivez-vous !

 

PoSLilleAfficheZythologie.jpg

 

EnDirectDuLabo, l’expérience en 140 caractères

A 15 mois d’existence, le compte Twitter @EnDirectDuLabo, créé par Sébastien Carassou, possède plus de 3500 followers au compteur ! Ce succès provient notamment de son fonctionnement participatif (emprunté à @RealScientists, la version australienne) : chaque semaine, un chercheur prend en main @EnDirectDuLabo et partage sa vie, son sujet d’études et ses aventures au sein de son laboratoire. Pendant une semaine, la communauté de l’oiseau bleu leur pose un milliard (nombre évidemment imprécis et sans doute exagéré) de questions.  Il y a un an, j’ai posé quelques questions aux sept premiers intervenants de cette folle aventure. Comment ont-ils vécu ce moment ? Qu’attendaient-ils de cette semaine ? Comment leurs supérieurs ont-ils réagi face à cette initiative ? En ce début d’année 2016, je vous offre leurs retours.

Continuer la lecture de EnDirectDuLabo, l’expérience en 140 caractères