Expliquez-moi … le capitalisme social

IMG_20160121_153056

Suis-moi sur Twitter, mais sache que je ne te suivrai pas forcément en échange. L’oiseau bleu a des principes. Il virevolte d’un twitto à l’autre mais n’impose jamais la réciprocité. Deux twittos n’ont pas besoin d’être d’accord pour se suivre. Chacun y va comme il le désire. Pas de notions d’amis, pas d’obligation. Alors comment faire en sorte que quelqu’un nous suive ? Question étrange que se posent les capitalistes sociaux. « Ces utilisateurs visent à maximaliser leur capitalisme social, c’est-à-dire leur nombre de followers et les bénéfices qu’ils en tirent », explique Nicolas Dugué, de l’équipe Synalp au LORIA, qui a soutenu une thèse consacrée aux faux influents sur Twitter. Au-delà de la potentielle visibilité qu’ils acquièrent et du spam, leur but ultime est, pour la plupart, de revendre leur compte ou même simplement l’un de leurs posts ! En quoi ça concerne le twitto lambda ? A priori rien. Hormis que sa timeline (son fil d’actualité) et les tweets tendances seront parfois envahis de tweets sans réels sens.

Certains, comme @teamfollowback, propose leur aide pour gagner des followers. Et bonne année !
Certains, comme @teamfollowback, propose leur aide pour gagner des followers.

Si cela n’impacte pas directement nos vies, cela est sensé nous mettre en garde ou du moins nous sensibiliser sur un point encore trop peu abordé : l’influence virtuelle et le trafic que cela engendre. Parce que oui, il y a trafic d’influence sur les réseaux sociaux. Et tellement de paramètres pour définir l’influence que détecter les faux influents et presque plus facile que les réels influents. « Sauf que les algorithmes des outils de mesure d’influence tels que Kred ou Klout, vont donner de l’importance à ces comptes », ajoute Nicolas Dugué. Enfin, au niveau du twitto, l’important n’est pas de démanteler ce réseau de capitalistes sociaux mais d’en avoir conscience. Et si un capitaliste social s’approche trop de votre compte, à vous de décider si vous voulez ou pas entrer dans la danse.

Et #Followback si vous l’osez.

 

En savoir plus :

Publicités