J’aimerais que chacun sache.

 

Le 11 novembre dernier, j’assistais à la conférence « Connaissance et croyance » de Claudine Tiercelin dans le cadre de CitéPhilo aux Palais des Beaux Arts de Lille.

L’échange m’a clairement passionné. On y retrouvait la définition de la connaissance et celle de la croyance. Tout cela parsemé de doutes. Est-ce que je sais ou je crois? Sur quoi porte la croyance? Qu’est-ce que la vérité?

Une remarque en fin de session fit que Claudine Tiercelin rattacha son discours à l’actualité des actions terroristes. Que croient ces personnes? Et que croient celles qui en sont victimes, pourquoi se rattachent-elles à des croyances, pourquoi cherchent-elles à former des communautés? Claudine Tiercelin a surtout évoqué qu’il est difficile d’aller au-delà d’une croyance, qu’on ne peut détourner quelqu’un qui croit en une chose, qu’il faut un choc de la réalité, une expérience rebelle pour sortir d’un état de croyance.  Et que, même si nos croyances nous rassurent, il serait préférable que chacun d’entre nous revienne aux bases même des choses, aux éléments qui constituent des choses indiscutables ou presque.  A quoi pensez-vous si l’on vous demande de donner des faits indiscutables? Pour ma part, je pense à la science. Certes, les théories ne sont vraies tant qu’elles ne sont pas fausses, mais si on y réfléchit: nous pouvons nous rattacher à nos connaissances.

Pourquoi partager cela presque un mois plus tard? Parce que cette pensée fait écho dans ma tête depuis, et encore plus ce soir : Alors que j’observe de nombreuses forces nourrir la diffusion des connaissances (artistiques, scientifiques, industrielles etc.), des incivilités, des actes contre les autres et leurs actions me mettent en rogne.

Lorsqu’une poignée de personnes déploie des biens pour tous, le monde ne joue pas le jeu à fond. Alors que faire? Diffuser de la culture (scientifique) à des gens qui n’en ont rien à faire et qui continueront à voler des vélos, des voitures, des téléphones, détériorer les biens communs? Se battre coûte que coûte pour ceux qui sont sensibilisés à cela?

Je crois que je ne sais plus.

Ce que je sais, c’est que mes insomnies reprennent. Et que donc, je vais reprendre le fil pour ne pas le perdre. Que Claudine Tiercelin a raison que je vais m’accrocher à une connaissance en accord avec le réel, faire déserter les croyances néfastes et  influences allant contre l’humain, soutenir la cohérence jusqu’au bout. La route est encore longue et surement interminable, mais qu’importe nous y parviendrons.

GREAT >>>> La conférence est dispo sur Youtube > https://www.youtube.com/watch?v=9TSYMEwf1CQ

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités