La magie de la vulgarisation

Un constat simple : le public ne peut avoir accès à l’ensemble des articles scientifiques. Il ne peut tout comprendre.

Si je pense cela, c’est aussi et surtout parce que moi-même je me suis heurté à ce problème. Des articles que j’ai du relire pour comprendre, ou pas d’ailleurs. Alors que faire ? Admettre qu’on ne peut pas tout lire ? Voilà qu’un article parait dans un magazine pour enfants. « J’ai tout compris cette fois. » Et pourtant le contenu n’est pas si simple. Certes le texte est vulgarisé mais du vocabulaire scientifique persiste.

 

Là, une question simple : finalement c’est quoi la vulgarisation? La communauté Twitter m’apporte ses avis.

Entre certitudes et flous, cette discussion me dirige vers une conclusion : si tout le monde comprend le concept de vulgarisation, tout le monde ne la définit pas de la même manière. Pourquoi ? Le principal facteur semble être la profession de chacun. Chercheurs, médiateurs, professeurs, journalistes, tous sont influencés par leur travail et leur quotidien. La partie la plus intéressante de cette discussion fut finalement lorsqu’elle dévia du monde connecté. En effet, des proches, assimilables au grand public, me parlèrent de vulgarisation.

Et c’est là que j’ai compris.

Ne posons pas de lapin au monde © NJoly
Ne posons pas de lapin au monde © NJoly

Si certains perçoivent la vulgarisation comme un émerveillement ou un moyen de susciter l’envie de découvrir la science, c’est quelque part parce que la vulgarisation est un peu comme les ficelles d’un tour de magie. Le magicien connaît les tours, certains les devinent. L’important n’est pas de révéler ce qu’il se passe en amont, c’est le résultat final.

Si la définition de la vulgarisation n’est pas si évidente pour tous, c’est parce que tous n’exécutent pas ces tours de magie et que ceux qui le font, ne le font pas avec les mêmes ficelles. Seul un esprit de transmission d’une information compréhensible persiste à chaque tour.

Quant à la médiation, je dirais, si on reprend l’image du magicien, qu’elle est la représentation en elle-même d’un tour de magie. Ce que j’aime dans cette image c’est que le public peut participer à un tour de magie, il peut être impliqué comme dans une médiation.

Suite à cette réflexion, j’aimerais partager de nouvelles choses sur ce blog. Ou du moins proposer un regard différent, ne pas tomber dans le sensationnel, ne pas tomber dans l’information classique. L’idée initiale était d’introduire la vulgarisation dans une présentation dynamique, avec Prezi. Mais que présenter ? Et est-ce vraiment nécessaire de poser les ficelles des tours de magie dans une animation ? Je ne suis pas convaincue. Je cherche encore et toujours une réponse à « doit-on vraiment parler de la vulgarisation en elle-même? »

Quoi qu’il en soit il faut continuer à vulgariser, à partager la recherche ainsi que la science au public, quelque soit son niveau. 

Publicités

Une réflexion sur “La magie de la vulgarisation

  1. « doit-on vraiment parler de la vulgarisation en elle-même? » Oui. Pas forcément vis-à-vis du public, mais entre vulgarisateurs. Simplement pour réfléchir sur nos pratiques, et progresser.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s