Twitter, ma notice

Twitter n’est pas servi avec une notice. Comment tweeter, quand, où, pourquoi? Au fil du temps je suis parvenue à établir quelques règles, quelques précautions à prendre. Le but ? Eviter les tweets qui « piquent les yeux ». Je ne dis pas que je suis une spécialiste de Twitter, que vos tweets sont minables et les miens merveilleux. Loin de là, j’exprime simplement un compte-rendu de mes propres constats.

Le hashtag

Ce mot clé est une richesse, un atout qui permet de relier tout les tweets évoquant un même sujet entre eux. C’est un peu du Linked Data finalement.

Il faut l’utiliser. Live Tweeter un événement sans hashtag et spammer gentiment sa TL sans qu’elle ne comprenne pourquoi, c’est à la limite du non sens.

Correctement. Et voilà que lors d’une conférence avec un hashtag officiel (et donc plus que recommandé) j’aperçois de loin, l’écran d’un participant. Il affiche Twitter. Après déchiffrage de son arobase, je me rend compte qu’il live-tweete depuis deux heures avec un autre hashtag. Conséquences : 1/ les twittos n’étant pas présents ne peuvent suivre l’intégralité du LT. 2/ les stats sur le hashtag de l’événement sont faussés. 3/ on se sent con quand même de pas avoir vu les panneaux avec le # officiel en géant.

Sans overdose. C’est le must. Le tweet est bleu (sur Tweetdeck), il est rempli de hashtags. Comme pour les poisons, tout est question de dose. Un peu tout va bien, au delà d’un pallier c’est illisible. Or, l’une des premières choses que l’on vous apprend dans un cours de mise en page, c’est que la majeure partie des décrochages de lecteurs (lorsqu’il arrête sa lecture) est du à un souci de lisibilité. Or, trop de hashtag dissimule le contenu initial du tweet.

En résumé, les hashtags oui mais avec modération, précision et rigueur.

L’arobase

Il faut l’utiliser. Cibler quelqu’un dans un tweet c’est bien, indiquez son compte Twitter, son arobase c’est mieux.

Correctement. Pas toujours facile de trouver l’arobase reliée au twitto ciblé. La solution ? Googler le nom de la personne + twitter. Pourquoi pas d’abord sur Twitter ?  Parce qu’il risque d’y avoir un millier de M. George ou Mme Jacqueline.

Sans overdose. La mention doit être justifiée. Dans un LT, on mentionne une ou deux fois l’arobase et si besoin on utilise simplement les initiales pour gagner de la place…Pas besoin de spammer les notifications du twitto à chaque mot prononcé.

Le tweet

Il faut l’utiliser le plus naturellement possible. Autrement dit, bannir les tweets programmés qui apparaissent tous à la même heure. Programmer un tweet, ne sert pas à spammer mais diffuser un contenu à un moment où l’on ne peut le faire.

Correctement, de manière brève. Twitter n’est pas adapté pour le format roman. Avoir besoin de 280 caractères, donner une info en 2 tweets, c’est possible. Mais construire les prémices d’une histoire (sans doute fabuleuse), cela a plutôt sa place sur un blog ou un autre support adéquat. Mais si vous voulez vraiment créer une histoire avec des tweets, pensez au Storify.

Sans overdose. Sans tweet de plus de 140 caractères. Quoi? Plus de 140 caractères? Comment c’est possible? Oui, malheureusement, il existe des tweets dépassant la célèbre limite. Il s’agit de tweets programmés pour faire la communication d’articles ou autres documents. Le robot reprend le titre, le chapeau et forcément, le réseau social coupe le tweet à 140. Résultat un merveilleux tweet avec un mot coupé en deux et trois petits points. L’apothéose ultime du tweet.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s