Humaine

Dans un monde sans demi-mesure, comment se montrer juste sans tomber dans les extrêmes ? Evidemment, nul ne peut compenser les choses, telles des forces ou des poids sur une balance. Non, sinon ceci ne serait pas une blague :

Trois statisticiens vont à la chasse au canard. Un canard décolle. Le premier tire et passe dix centimètres à côté. Le second tire et passe dix centimètres de l’autre côté. Le troisième, tout sourire : « c’est bon les gars, on l’a eu ! ».

Le sauvetage du coin-coin © N Joly
Le sauvetage du coin-coin © N Joly

Alors pouvons nous faire dans un excès d’émotions par exemple, pour rester debout parfaitement sans expressions ? Rester bouche close lors d’une intense sensation ? Garder les yeux ouverts face à un massacre ?

La réponse se glisse entre chacun de nous.  Au départ, nos pauvres corps étaient neufs et innocents. Puis la vie les a fait chuter, rebondir, aller plus haut, puis tomber un peu, un peu plus bas et là on se relève diffèrent. Chaque étape nous apporte quelque chose. Qu’importe le contenu, cela nous forge. Et c’est parce que nous avons vécu une fois tout cela que notre corps imprime. J’aime l’idée que nos rides sont les marques de notre vie sur notre corps, comme des cicatrices incontrôlables que seul le temps bouscule. Avoir conscience des choses, et apprendre peu à peu à les reconnaître, les appréhender pour mieux contrôler nos réactions.

Il y a plusieurs clichés de personnages. Ceux qui ne peuvent contrôler leurs expressions et ce qui le peuvent.  Je pense que chacun d’entre nous le peut, il faut simplement en avoir conscience et être un minimum empathe. Alors si aujourd’hui je vous dégaine un sourire pour vous cacher mon dégoût des olives peut-être que demain je resterais de marbre face à un accident de voiture. Non, bien sur, cela ne fonctionnera pas. Puisque je vous propose ici une scène qui ne me met pas en danger moi mais qui a chevauché la vie d’autres humains. Là sans réfléchir, mon cœur palpite, je cherche mon téléphone.

Allô je viens d’assister à une collision de voitures. Je ne sais pas, il bouge plus, attendez … oui il respire !

Être humain nous empêche de contenir nos émotions. Il y a peu, je disais « je me sens un peu plus humaine en ce moment », cela semble idiot et pourtant cela ne signifie qu’une chose : ce mur d’insensible qui entourait mon corps et mon âme se fissurait. Il n’a fallu qu’une prise de conscience et beaucoup d’heures passées à écrire, relire, écrire, perdre, retrouver, relire et respirer.

Vue de l'esprit - Niveau de complexité -1 © N Joly
Vue de l’esprit – Niveau de complexité -1 © N Joly

J’ai tendance à croire que l’on a besoin de sortir prendre de l’air, de voir du monde et aussi de rentrer chez soi, boire un thé devant Game of Thrones ou remplir le parquet de créations en tout genre. C’est un équilibre. Finalement, les physiciens voient un peu juste. Là, mon côté chimiste râle un peu mais je ne peux que l’avouer. Il faut un peu de tout pour se retrouver au centre, parfaitement accroché à notre vie, mais surtout à nous même. Et si l’on tombe un peu d’un côté, aucune crainte, il y aura un rappel, notre corps nous fera comprendre que nous dérivons, que nous devenons moins humain. Parce qu’après tout, ce n’est pas humain de plonger entièrement dans un monde. Il faut savoir s’éparpiller pour mieux se recentrer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s