Le journalisme est-il une science ?

Voilà qu’un lecteur, qui désire rester anonyme, m’interroge : « le journalisme est-il une science ? ».

Ma pensée s’oriente aussitôt vers le non. Comment le journalisme, même scientifique, pourrait-il être une science ? Le métier consiste à transmettre une information à un lecteur quel qu’il soit. Le journaliste n’étudie pas une discipline en vue de répondre à des questions encore laissées dans l’ignorance. Il interroge ceux qui ont accès aux données ou sont à l’origine de celles-ci. Le journaliste est un pont entre l’actualité et le citoyen.

La fabrique à articles telle une science © N Joly
La fabrique à articles telle une science © N Joly

Une question apparaît : pourquoi et comment ce lecteur est-il parvenu à se demander une telle chose ? Il y aurait-il confusion autour de la notion de la science ? Si la science regroupe de nombreuses disciplines, tout n’est pas inscrit en tant que science. Notre amie Wikipédia, qui a ouvert Le Petit Robert de 1995, voit la science comme une connaissance, comme « ce que l’on sait pour l’avoir appris, ce que l’on tient pour vrai au sens large, l’ensemble de connaissances, d’études d’une valeur universelle, caractérisées par un objet (domaine) et une méthode déterminés, et fondés sur des relations objectives vérifiables [sens restreint] ». L’objet, le domaine pourrait être l’actualité, la méthode serait liée aux techniques journalistiques. Le journalisme scientifique serait ce que l’on sait de la science, la science de la science. Cette mise en abîme me perd. Je suis pourtant sure et certaine : j’écoute les chercheurs, essaye de comprendre leurs recherches et diffuse une science vulgarisée, je ne fais pas de science à proprement dit, le journalisme n’en ai pas une. 

Pourquoi cette confusion? Parce qu’il existe de la recherche faite sur le journalisme ? Ou alors est-ce la considération des sciences autrefois qualifiées de « molles » telles que les sciences humaines et sociales qui serait liée à l’explication de ce bouleversement dans certains esprits? Rien n’est sur. Absolument rien même. Chacun est libre de se poser les questions du monde entier. « Il n’y a pas de questions bêtes ».  L’interrogation est humaine, elle révèle une curiosité. Et l’on ne peux tout savoir sur absolument tout. Alors pourquoi s’attacher à trouver une réponse à chaque question ? Nul ne le sait. Quoi qu’il en soit : science ou pas, poser des questions en journalisme, c’est plus que permis.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s