Reconstruction d’une voleuse de secondes.

Ce sont les minutes que j’attendais. Des minutes de rien, des minutes de tout. Qu’importe tant qu’on s’en fout.

J’ai perdu le bonheur avec mon cœur. On m’a soulevé les erreurs pour mieux voir mes peurs. J’avais l’angoisse en fond de train. Le corps au sol, l’esprit trop loin. Ils n’ont pas eu conscience que le drame n’était pas un virus. C’était une vie ennouée dans l’engrenage inceste d’un monde irréel.

Je suffoquais de ne pas être moi.

Je rageais d’être dans un flot trop grand.

L’ouragan arrive. Le courage nous repositionne sur nos pieds. Pleure, mais avance. Avance vers cette voie qui te sauvera les doigts.

Je me suis déconnectée 3 jours entiers.

Je ne m’en souviens pas vraiment. C’est que je dormais tout le temps. Et lorsque j’ouvrais les yeux, le poids des maux qui s’évaporent shootait sans un regard mon corps. Mes discours étaient encore plus ailleurs que moi. J’ai craché mes douleurs, laissé le monde nettoyer mon sang.

La reprise est un après à colorer. Les notes noires et blanches rappellent mes rêves à la raison. Tu t’es oubliée, tu as perdu le fil de l’aiguille. Reprends donc un peu de douce imagination.

Les rencontres de cette période n’ont pu que prendre l’eau. Je n’ai guère besoin que l’on m’envoie des poings dans la vision. Je suis tombée parce que je m’étais égarée dans les chemins d’inconnus. Ceux qui s’amusent à vouloir me rediriger en ont fait les frais. Je ne voulais qu’un drap tendu pour amortir la chute. Les doux soutiens dorés m’ont maintenus ivre de vie. Chaque étape ne peut être faite que par soi-même. Laissez-moi vous rappelez que les emprises ne sont pas légitimes. Je hais profondément que l’on bouscule les milliards de secondes de mes minutes. Je ne désire que de simples choses. Que l’on s’approche de ma courbe, que l’on ne cherche pas à arroser l’améthyste perdue, que vos battements me rappellent à quel point j’aime me battre pour celle que je suis, que mon regard ne se perd pas dans une gare mais dans vos yeux.

Si je ne planifie pas demain, c’est que je prie pour qu’il ne m’arrive rien.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s