Mettre son corps entre 4 murs pour emprisonner son esprit.

IMG_20130617_144703
Pause entre boutons d’or – Nadège Joly

 Voilà une idée merveilleuse.

J’imagine des pensées qui s’évadent. Ici, là, ailleurs. Jusqu’au jour où elles se cognent un peu trop au monde réel. La société est décalée. Ou alors c’est vous qui l’êtes ? Surement, oui. Mais après tout, le monde ne fait pas qu’un. C’est une mosaïque comme dirait cette blonde sympathique que j’ai rencontrée hier. C’est inné de ne pas être un mouton. Pas pour tout le monde évidemment : il faut des innocents déconnectés pour alimenter la bergerie. Ou non justement, ces êtres sont connectés à la matrice. Ils ne se rendent pas compte que là haut on vit autrement, pleinement. Au départ, le nombre de membres semble infime. Et au fur à mesure que l’on laisse son esprit s’heurter contre la vie, qu’on s’autorise à faire tomber ses larmes sur le parquet d’un autre, la révélation s’accentue. Moi qui me croyait dans un monde parallèle déserté, j’ouvre les yeux. Nous ne sommes pas seuls. (Toute allusion aux extra-terrestres est dans ces mots proscrite.) Il existe une foule d’esprits qui a pris l’eau. C’est simplement intérieur, on ne les voit pas. A moins d’abandonner son âme une fois chez eux. 

L’enfermement crée l’évasion. Ma poule cocoterait que l’herbe est toujours plus verte de l’autre côté du grillage. C’est instinctif de laisser son imagination prendre la barre. C’est nettement plus compliqué de comprendre où elle tente de nous emmener.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s